Développement qualitatif des soins de santé

Les rapprochements et collaborations qui se sont opérés au fil des ans ont permis l’émergence d’un véritable bassin de soins à l’échelle de la Wallonie picarde. Si ce sont, dans un premier temps, les hôpitaux qui ont ouvert la voie, les acteurs de la santé mentale ont rapidement emboîté le pas.

 

Le Centre Hospitalier de Wallonie picarde

Le Centre Hospitalier de Wallonie picarde a vu le jour en janvier 2009 à l’initiative de la Mutualité chrétienne Hainaut Picardie et de Solidaris Mons Wallonie picarde. Dans les mois qui suivirent d’importants travaux de rénovation et d’agrandissement ont été opérés pour aboutir, cinq ans plus tard, à l’achèvement d’une première phase architecturale matérialisée par la mise en service du site Union. Dans le même temps, le CHwapi a connu une nouvelle répartition de ses activités et compte désormais trois sites hospitaliers et une polyclinique. La seconde phase architecturale est actuellement en cours et aboutira sur le regroupement des activités sur un site unique, l’UNION, à l’horizon 2023.

Un hôpital tourné vers les nouvelles technologies
La gestion des Plans d’Urgence Hospitaliers ("PUH"), assurant la coordination des services d’intervention en cas de sinistre majeur, est coordonnée par la Province de Hainaut. De son côté, le CHwapi est un interlocuteur capital en cas de catastrophe majeure.
Concrètement, deux plans ont été élaborés afin de répondre aux situations d’urgence de différentes natures : le PUH Médical qui reprend l’afflux massif de blessés liés à une catastrophe / les situations de pandémie et le PUH Technique qui vise à faire face à différents sinistres internes, comme un incendie, une perte électrique, informatique ou téléphonique. Pour assurer une mobilisation optimale des ressources nécessaires au déploiement du plan d’urgence déclenché, une cascade de rappels des collaborateurs a été mise en place pour chaque PUH. Dans les faits, un automate contacte - par GSM, via les téléphones de bureau et par mail(s) - chaque collaborateur ressource, qui a un rôle prépondérant à jouer dans le PUH. Le message de l’automate transmet les informations clés relatives à la situation. Cet automate est programmé pour réitérer ces appels jusqu’à ce que la personne contactée réponde favorablement en sélectionnant la touche demandée (ex : "si vous avez bien pris connaissance de l’information, tapez 1").

Accréditation : le CHwapi décroche le niveau platine
Faisant de la qualité et de la sécurité des soins prodigués au patient une priorité, le CHwapi s’est lancé dans un processus d’accréditation fin 2017. Moins de deux ans plus tard, en juillet 2019, l’institution a été récompensée de ses efforts par l’organisme accréditeur en obtenant le niveau platine, une première pour un hôpital général de Wallonie et, surtout, une reconnaissance du travail mené par tous ses collaborateurs.
Une certification des bonnes pratiques, de la pertinence des procédures mises en place, de la transversalité entre les équipes pluridisciplinaires et des réflexes devenus intuitifs de ses professionnels de la santé. Cette alchimie institutionnelle a permis une gestion efficace de la première vague de Covid. Plus qu’un gage de qualité, le niveau platine est l’assurance pour notre bassin de soins d’accéder à un suivi à la pointe, que cela soit en période classique ou durant une pandémie mondiale.

 

Le Centre Hospitalier de Mouscron

Démarrés fin 2006 sur le site de l’ancien CHR, d’importants travaux de construction ont permis d’accueillir sur un site unique l’ensemble des activités du Centre Hospitalier de Mouscron. Inaugurée en janvier 2010, la nouvelle infrastructure propose une offre médicale claire à laquelle sont venues s’ajouter des compétences nouvelles (coronographie en cardiologie, dépistage et traitement des apnées du sommeil en pneumologie, lithotritie en urologie, …) et de nouveaux services spécialisés (médecine nucléaire, médecine physique, oncologie, radiothérapie, …). L’offre de services aux patients ne se limite pas au CHM puisque des collaborations et des conventions hospitalières régionales et transfrontalières complètent l’offre de soins.

 

Le B’eau B’art, un bistrot thérapeutique au cœur de la ville

Le B’eau B’art est un lieu d’accueil de jour situé en plein centre de Tournai. Co-géré par les utilisateurs eux-mêmes et des professionnels formés à la santé mentale, il accueille toutes personnes souhaitant créer des liens, s’occuper ou simplement partager un moment de convivialité. En permettant à des patients psychiatriques de rompre l’isolement et de se resocialiser, le B’eau B’art joue un rôle essentiel dans leur maintien à domicile.

 

Ylang Ylang, une unité de maternologie pour mamans ados

Dans certaines situations, le lien mère-enfant peine à se créer. Devenir mère n’est pas toujours un long fleuve tranquille et cela l’est encore moins pour des mamans adolescentes. Troubles de l’attachement, troubles de la difficulté maternelle, la grossesse et la maternité sont parfois vécues dans la détresse. Pour les aider, le CRP Les Marronniers les accueille au sein d’une unité hospitalière spécifique : la maternologie Ylang Ylang. Celle-ci s’adresse à des mamans adolescentes jusqu’à 21 ans et leur bébé jusqu’à 1 an ainsi qu’à des jeunes filles en fin de grossesse et leur propose différentes activités thérapeutiques pour les aider à surmonter les troubles liés à l’arrivée d’un enfant : câlinothérapie, psychomotricité, massages, méditations, …

 

Un réseau de santé mentale en Wallonie picarde

Les acteurs de la santé mentale en Wallonie picarde se sont pleinement inscrits dans la réforme des soins de santé mentale dont le premier objectif est de rapprocher les soins psychiatriques du milieu de vie des patients. En prenant part au projet 107 – du nom de l’article de la loi sur les hôpitaux permettant à ces derniers de geler des lits tout en conservant les moyens financiers afférents pour développer des soins à domicile – la Wallonie picarde a pu mettre en place des équipes mobiles qui ont pour mission de traiter à domicile les problèmes psychiatriques aigus ou chroniques. Loin de fonctionner en vase clos, ces équipes mobiles s’intègrent, au contraire, dans des dispositifs existants (professionnels de la santé, services sociaux, acteurs du logement, de l’insertions, …) de manière à proposer une offre globale capable de prendre en compte l’ensemble des besoins des usagers.

 

Crédits photos: CHwapi, CRP Les Marronniers